Actualités

Déconfinement et reprise des activités :

Bien sûr, comme pour tant d’autres, tous nos projets ou organisations ont été annulés : Séjour en Normandie, voyage Villepreux-Toulouse, notre Villepreux-les Andelys-Villepreux, la semaine fédérale du Cotentin, la semaine européenne en Bosnie-Herzégovine mais certains de ces projets sont reportés à 2021.
Jour J du déconfinement : On a tous  ressenti un immense besoin de s’aérer, de voir les copains, de se dégourdir les jambes !
Il y a tous ceux qui, parmi nous, ont travaillé sur home-trainer, et puis d’autres qui ont choisi d’autres activités telles que  la marche par exemple, mais nous étions très, très nombreux aux départs et tous les jours qui ont suivi !
 

Nous avons respecté au mieux les mesures préconisées, même si à vélo, ce n’est pas toujours facile et continuons de le faire par civisme et respect des autres.
Par contre, aujourd’hui, après cette période,  quand nous sommes sur la route, nous constatons  une augmentation de l’agressivité, de l’incivisme, de l’intolérance
Cela passera, c’est sûrement dû aussi aux augmentations des espaces cyclables et restrictions pour les automobilistes pour qui on a tout fait pendant des décennies.
Les choses ne doivent pas être faites au détriment de, mais plutôt dans le sens du partage.

Ce texte figurant sur les panneaux « vélorue » ne fait que monter les automobilistes contre les vélos et n’incite pas au partage de la chaussée. C’est peut-être le but recherché ?
Il faut reconnaitre qu’il n’est pas facile de changer les habitudes et qu’il faut du courage pour le faire !
L’excès de réglementation  pour tenter de réduire la vitesse, fait que beaucoup de monde passe outre (stop tous les 50 mètres, feux excessifs, zone 30, zone 20 chicane dangereuse, dos d’âne à répétition). Avec les chaussées qui se dégradent de plus en plus, on est secoués en permanence, il parait que c’est bon pour le fessier !!

A cela s’ajoute la confusion des marquages (voies piétonnes confondues avec voies cyclables par cyclistes et automobilistes), méconnaissance du code de la route.
La discontinuité des voies cyclables, les difficultés pour y accéder, et l’absence quasi-totale  de signalisation et d’entretien,  tous ces éléments ne facilitent pas nos déplacements.

Néanmoins, nous devons continuer à nous comporter en personnes responsables, exemplaires, partout, en tous lieux.

 Parce que, malgré tout ça, quand on y a gouté, rien ne peut nous empêcher d’aimer le vélo, sous toutes ses formes !
Il  reste un super sport de plein air et de détente, important pour notre santé et notre équilibre, pour notre culture et le vivre ensemble.
Le pratiquer en club, c’est améliorer sa sécurité,  y trouver de la motivation, découvrir ses capacités, sa région ; c’est profiter d’instants conviviaux, de conseils et de partage d’expériences.

Rejoignez-nous !!

Paul ARSAC

Date de dernière mise à jour : 07/07/2020